. TR1 TR2 TR3 TR4 TR5 TR6 TR7 TRA TR8 TR AS ROTTR SOTTR LCGOL LCTOO LC GO PORTABLES FILMS LIVRES

                                     Lara Croft News Fans Boutique Le site Contact
TRA : le test du magazine OPM 23 avril 2007

Le magazine britannique OPM a consacré un article de 6 pages à Tomb Raider : Anniversary dans son édition de mai, livrant le premier test préliminaire du jeu.


Un remake du tout premier Tomb Raider qui s'en tient à la formule magique de l'exploration acrobatique et des puzzles gigantesques.

Tomb Raider L'Ange des Ténèbres, premier TR à sortir sur PS2 à la suite du succès de Lara Croft sur PS1, a laissé dans son sillage une myriade de coeurs brisés et de visages tristes. La Première Dame de la Playstation, l'une des aventurières les plus adulées sur la scène vidéoludique, avait connu une évolution tenant davantage du vandalisme que de la renaissance.

Le récent Tomb Raider Legend a fait voler en éclats bon nombre de ces mauvais souvenirs en ramenant les puzzles épiques, les lieux exotiques et l'emphase sur l'exploration.

C'est exactement ce que les joueurs voulaient, et c'est aussi la raison pour laquelle Tomb Raider Anniversary est l'une des meilleurs inventions depuis le fil à couper le beurre.

Ça vaut l'original

En tant que recréation d'un titre original de presque 11 ans d'âge, Tomb Raider Anniversary reprend la Lara classique, inexpérimentée, avec le moteur de jeu de Tomb Raider Legend. Un mélange d'idées anciennes et de technologie moderne qui vaut la peine d'attendre.

Comment ça ? Avant toute chose, Tomb Raider Anniversary est très respectueux des éléments qui ont fait le succès de Tomb Raider. Mais il résiste à la tentation de surprotéger ou au contraire de dénaturer le cadre avec des éléments inutiles.

Tout comme l'original, il met la priorité sur un sens de l'aventure par-dessus tout, en suivant la quête de Lara vers l'Atlantide, à travers des tombes à piller (que voudriez-vous y faire d'autre ?!) au Pérou, en Grèce et en Égypte.

Si Legend était votre premier contact avec Lara, alors Anniversary va être un choc. Il y a peu de fusillades, et très peu de moments cinéma avec échanges de coups de feu, courses effrénées à moto ou séquences d'action avec aide contextuelle.

Vous passez le plus clair de votre temps tout seul - une part importante de l'ambiance du jeu - et les ennemis auxquels vous faites face sont rarement humains.

Il y a toujours des scènes d'action qui vous demandent de presser le bon bouton au bon moment, mais elles sont rares et beaucoup moins importantes en comparaison avec celle de Legend, donc elles ne devraient pas gêner même le plus fanatique de ceux qui tiennent à l'original. Il y a quelques autres ajouts, mais ils ne sont pas intrusifs ou assez excessifs pour entacher les forces du jeu.

La force principale est la suivante : très peu de jeux savent mettre l'accent sur les énigmes environnementales comme Tomb Raider le faisait, et c'est bien ce que fait Tomb Raider Anniversary.

Archéo-logique

On ne peut pas dire que les niveaux sont remplis de puzzles : souvent, les niveaux eux-mêmes sont les puzzles, ce qui vous permet d'estimer l'échelle et la complexité impliquées. Certains mécanismes vous paraîtront difficiles, mais quelle récompense une fois que vous avez trouvé la solution !

A certains moments, votre prochaine étape sera plus qu'évidente, et pourtant vous ne la verrez pas, perdus dans le décor. Vous aurez envie de vous gifler une fois que vous l'avez localisée, et à plusieurs reprises vous accuserez le jeu et non vous-mêmes.

Super singe cherche la bagarre

Ces grandes structures sont pourtant agencées selon une logique spatiale très sérieuse, avec des puzzles épiques dont la résolution est très gratifiante quand tout se met en place et que vous accédez à l'étape suivante.

En passant, tous les niveaux fonctionnent désormais en streaming, il n'y a donc plus d'écran de chargements entre les pays. Un changement mineur, certes, mais appréciable.

Anniversary possède aussi cette atmosphère de solitude particulière à Tomb Raider, ce sentiment que vous êtes réellement en train d'évoluer dans des temples mystiques et oubliés, et dans des chambres que le pied humain n'a pas foulé depuis des siècles. Une musique d'ambiance parfaite renforce cette sensation et les lieux les plus célèbres - le Colosseum, la tombe du roi Midas et le Sphinx - sont toujours aussi grandioses, surtout pour ceux qui les connaissaient déjà.

Voir ses bons souvenirs de Tomb Raider ravivés par Anniversary est en effet une sensation plaisante autant qu'un témoignage de la fidélité d'Anniversary envers l'original.

Peux-tu creuser ?

C'est un bon résumé de l'expérience qui vous attend. Quand tout fonctionne bien, vous retrouverez un plaisir aussi grand que dans l'original. Mais il y aura des moments où les choses ne se dérouleront pas aussi facilement. Lara peut toujours mal se conduire à certaines occasions, manquer un saut ou une prise parce que la caméra a pris un angle panoramique. Les combats sont très réussis mais peuvent parfois sembler monotones.

Et le système de sauvegardes est un peu étrange. Quand vous mourez, vous reprenez la partie au point de passage le plus proche, et vous pouvez sauvegarder à n'importe quel moment du jeu pour conserver le dernier point de passage et en faire votre point de départ la prochaine fois que vous démarrez; rien d'étrange là-dedans. Les problèmes commencent quand vous êtes coincé et que vous tentez désespérément de retournez au dernier point de passage que vous n'avez pas sauvegardé manuellement - la seule chose à faire est de trouver un moyen de vous tuer. Vous voyez ? Étrange.

De retour pour de bon

Malgré ces quelques petits problèmes, Anniversary est une réussite. Il rend un réel hommage à l'un des jeux d'aventure les plus connus sans passer pour un simple recyclage. Et il contient de nombreux dangers qui pourront occuper votre attention pendant des heures, donc préparez-vous à suer si vous voulez accéder à l'immense satisfaction et à l'atmosphère qu'il offre.

Ce n'est vraiment pas un jeu dans lequel se plonger sur un coup de tête, et quiconque à la recherche de brutalité et de nez cassé devrait s'en tenir à God Of War II.

Mais pour le reste d'entre nous, c'est le Tomb Raider que nous avons toujours attendu. Et ceci en dit long sur le marché du jeu : ce qui est essentiellement une mise à jour améliorée apporte une telle bouffée d'air frais.

Les mystères de St Francis dévoilés

Atlas : Non pas un dieu, mais un Titan. Sa statue porte un globe terrestre sur le dos, ce qui en langage Tomb Raider signifie bien sûr que vous devrez courir et éviter une gigantesque sphère roulant vers vous dans un corridor très étroit.

Poséidon : Dieu de l'eau et frère de Zeus. Donc vous plongerez dans un conduit immergé où il vous faudra actionner des leviers pour manoeuvrer un radeau à travers un réseau de couloirs qui vous mèneront finalement à la bonne clé.

Damoclès : Damoclès était un courtisan grec forcé de sièger sous une épée suspendue à un cheveu. Ramasser la clé de Damoclès est très facile. S'échapper en évitant les bouquets de pics au sol et la pluie de lames ne l'est pas. Le plus difficile des quatre épreuves.

Héphaïstos : Dieu grec du feu et de la ferronnerie. Il vous faudra donc traverser une piste de danse électrifiée - des éclairs jaillissant d'une sphère métallique au plafond - avant d'utiliser un énorme marteau pour détruire la roche et résoudre le puzzle qui aboutit à la clé d'Héphaïstos.

Le manoir ressuscité

Vous souvenez-vous du manoir dans Legend ? C'était un lieu fermé sur lui-même, contenant quelques structures et lieux à découvrir. Il est bien sûr de retour et demande à nouveau à être exploré en profondeur lorsque vous découvrez de nouveaux objets cachés derrière les étagères, sur la cheminée, ou ailleurs. Il semble que, comme nous, Lara ait pris l'habitude de déposer ses clés n'importe où et de ne plus s'en souvenir.

Le verdict d'OPM : 8/10
Graphismes - Superbe éclairage, mais certaines textures étrangement tachées.
Son - Musique joliment remixée, atmosphère lugubre.
Jouabilité - Réellement complexe et prenante.
Durée de vie - Plus long que Legend, sans compter les extras à collecter.

News suivante
TRA dans le magazine Games Master

News précédente
Eidos France invite les fans
à découvrir TRA